Ile de Ré : coopérative vinicole

Il existe trois coopératives sur l'île de Ré : coopérative vinicole, coopérative salicole (sel de Ré), et coopérative agricole (pomme de terre primeur, artichauts, asperges).
Le sol est lourd, argileux dans le Nord (la vigne s'y plaît), et de plus en plus léger et sablonneux vers le Sud (terre propice aux asperges). On utilise encore l'épandage d'algues à l'automne quand les fortes marées rejettent des algues en abondance, et que les touristes ont déserté l'île, ses plages et ses routes.
Les vignobles ont échappé au phylloxéra. Grâce au fort ensoleillement (2600 heures par an), les vins sont très fruités. Le blanc est à base de Sauvignon, le rouge de Merlot et Cabernet.
La distillerie est autorisée de novembre à mars. On fabrique du cognac en deux cuissons, contrairement à l'Armagnac (une seule chauffe). La première chauffe produit le brouilli, à la sortie des marmites de cuivre chauffées au gaz (à 65°). Le chapiteau recueille les vapeurs d'alcool, qui se condensent dans le serpentin refroidi à l'eau. Le degré d'alcool est de 30 à 40.
La seconde chauffe élève le degré d'alcool à 70.
Le cognac est vieilli 3 ans (qualité 3 étoiles) ou 7 ans (VSOP), dans des fûts de chêne, de 400 litres de capacité.
Pour obtenir le Pineau des Charentes, il faut mélanger du cognac et du jus de raisin fraîchement récolté (avant fermentation), dans la proportion 30-70 (30 % de cognac). Le degré d'alcool chute à 17. Le Pineau est vieilli à son tour pendant 2 ans. Suivant le cépage du jus, on obtient un Pineau blanc ou rouge. L'un comme l'autre se boit frais.

Pierre-Yves Landouer, août 1999