Les Aïnous

アイヌ人
Habitat:           Nord du Japon, île d'Hokkaïdo.

Climat :           tempéré, avec une saison douce (printemps-été) et une saison froide (hiver).

Histoire :         pour les Occidentaux, l'histoire de ce peuple commence avec sa "découverte" au XVè siècle. Les explorateurs rapportent son mode de vie "sauvage", qui est encensé au XVIIIè siècle (avec le mythe du "bon sauvage"). La première moitié romantique du XIXè siècle continue d'admirer les Aïnu, tandis que la seconde moitié du siècle, "industrielle", cherche à l'"assimiler" : c'est la loi de 1899, qui accorde des terres aux Aïnu, à condition qu'ils les cultivent dans les 15 ans. Le but est de fixer et de contrôler ce peuple, qui erre à la manière des Indiens d'Amazonie. Cette loi échoue. Aujourd'hui, les Ainu ont obtenu la reconnaissance de leur différence et s'efforcent de raviver leur culture.

Mythes :          il y a deux mondes, celui des vivants et celui, plus peuplé, des morts ou "ancêtres". Pour bien vivre, il faut honorer les ancêtres. L'ours est l'animal le plus dangereux. Aussi, une fois l'an, il est chassé, ramené vivant, puis mis à mort, lors d'une grande fête qui réunit plusieurs groupes familiaux. C'est l'occasion de marier les filles. La tête de l'ours vaincu est montée sur un poteau.

Mode de vie :  les Ainu vivent de chasse et de cueillette. Ils s'établissent près de ruisseaux, en petits groupes de quelques familles. Les hommes sont responsables de la chasse, les femmes font la cuisine. Elles n'ont pas accès aux armes (arcs et flèches).

Maison :          elle est en bois et chaume, sur pilotis. Son orientation répond à des critères mythiques : la porte est à l'Ouest ou vers l'aval, si la maison est dans une vallée. Ce sont les directions de la vie terrestre. L'Est ou l'amont abritent le monde sacré. On ouvre une fenêtre dans ces directions pour capter les esprits. Le sol est de terre battue. Un feu est entretenu quotidiennement par la femme. Il est sacré : le montrer du doigt est un blasphème.

Habits :            tressés en fibres végétales (jusqu'à l'introduction des tissus commercialisés), provenant d'arbres (bouleau, aulne, tilleul). Avec ces fibres, on fabrique également les cordages et les couronnes sacrées (utilisées pendant les fêtes). La décoration des vêtements se fait par découpage et repiquage. Les motifs sont géométriques : spirales inscrites dans un carré (morew). Il n'y a pas d'animaux représentés. Les couleurs sont principalement le bleu outremer.

Loisir : depuis les premiers contacts avec la Russie, on importe du tabac. Le pipes sont longues et plates, ouvragées (motifs géométriques).

Pierre-Yves Landouer, mars 1995, British Museum et Musée de l'Homme